Un petit détour pour vous redonner l'itinéraire de ma pensée sur le sujet au moment d'ouvrir ce premier billet sur le thème du Transhumanisme.
C'est avec Inf'OGM que ma pensée sur les impacts sociaux des technologies s'est véritablement aiguisée. Progressivement de par mon approche essentiellement sociologique de la question des OGM, j'ai été conduit à m'intéresser de plus près à cette autre technologie émergente des nanotechnologies (catégorie que je reprendrais sur un autre fils de ce BlOGM) et à ses impacts sur notre société.
Bien sûr il y a comme pour les OGM des dangers sanitaires des nanomatériaux. Mais encore une fois, les risques majeurs sont ailleurs et paradoxalement c'est encore ce sont ces objets de l'invisible qui nous y conduisent plus sûrement. Plus encore que les cultures transgéniques qui se dissimulent innocemment dans le paysage (d'où le débat sur la transparence des OGM), la perspective première des nanotechnologies est bien de s'introduire tout d'abord dans notre corps. Un rapport approuvé par le Sénat est d'ailleurs consacré à ce sujet (Nanosciences et progrès médical).
Et c'est bien là qu'apparaît la problèmatique du Transhumanisme. Je ne ferais pour commencer cette discussion sur ce blog aucune longue dissertation philosophique sur cette optique. Je veux simplement vous faire part de mon inquiétude liée à la fascination que cette direction de pensée peut avoir en dépit des impasses où elle semble conduire un Humanisme fondamental auquel je reste profondément attaché.
Pour vous faire partager mon inquiétude je mettrais simplement en rapport deux choses qui me concernent (mais pas seulement moi je pense...) :
  1. Tout d'abord depuis toujours je suis fasciné par la science-fiction (c'est d'ailleurs à bien y réfléchir ce qui m'a conduit à la sociologie via ce genre un peu douteux de la futurologie où le sociologue joue à Mme Soleil) ; et je me souviens comme d'autres peut-être de cette série américaine du début des années 70 consacré à l'homme bionique (l'homme qui valait 3 milliards...) et puis je me suis nourris des classiques de la SF où le thème des plus qu'humain est récurrent. Il y a là une fascination qui mérite d'être interrogée. Pas de crainte j'arrête ici et je ne ferais pas ici une auto-analyse sauvage...
  2. D'un autre côté il y a le Manifeste des Transhumanistes que l'on retrouvre traduit en français sur le site officiel de l'Association Mondiale du Transhumanisme (WTA)ainsi que l'un des articles de fond de son philosophe directeur Nick Bostrom "Qu'est-ce que le transhumanisme ?" dont on doit souligner qu'ils sont des textes à la fois clairs et insidieux jouant de la fascination de l'Homme pour l'immortalité

Vous le comprenez le danger est dans le "comment résister à la tentation ?". Que peut-on y perdre ? Notre humanité ? Mais puisqu'on nous dit que nous y gagnons une "SurHumanité"...Qu'est donc cette surhumanité au regard de notre humanité ? N'est-ce pas justement la résolution de nos limites que le corps malade de l'homme rappelle sans cesse. Si les nanobiotechnologies peuvent nous aider à soigner ce corps, par anticipation et par le mouvement même du progrès ne peuvent-elles pas l'empêcher de se dégrader ? O surOM que ton règne arrive...

Encore un mot : pour comprendre comment le Transhumanisme avance de manière incidieuse au travers des romans de Science Fiction, une référence (intellectuellement ardue mais stimulante...) : Fin de Partie - le Blog du Transhumain. Attention l'auteur se revendique comme un Transhumain dans la ligne du positivisme scientifique d'Auguste Comte. A lire avec précaution et attention, mais cela aide à comprendre le jeu de la tentation. J'y reviendrais...