Le marché économique est juteux comme le laisse bien voir cet article du Journal du Net :

Les passeports pour ressortissants seront tous RFID avant fin octobre 2006 et, depuis aujourd'hui, les nouveau passeports des visiteurs doivent aussi être numériques pour bénéficier de l'exemption de visa. Cependant, la France ne founira ces modèles qu'à partir de Janvier 2006. Le marché est de taille : plus d'un million de passeports sera émis avant la fin de l'année et autant en 2006. Les compagnies françaises ASK, Axalto et Oberthur ont d'ailleurs déjà été pré-sélectionnées pour ce futur contrat en or concernant la fabrication des étiquettes RFID. (Les Etats-Unis imposent des nouveaux passeports RFID)

Comme le dit Denis Duclos dans son article :

Au-delà des prétextes de maintien de l’ordre, il n’existe qu’une explication pertinente : les institutions et les entreprises découvrent dans la gestion de la peur un gisement durable de pouvoir, de contrôle et de profit. (...) Ainsi se construit, sous prétexte d’un danger protéiforme, une armada mondiale de la sécurité, dont les convergences rapides et fonctionnelles donnent à penser qu’il s’agit du noyau d’un nouveau capitalisme en gestation : un capitalisme de la peur.

"La peur" : voilà une matière première inépuisable et qui se regénére à volonté dans le moteur de l'alerte permanente contre le terrorisme...