Ce qui intéresse Google dans San Francisco, c'est un nouveau modèle auquel la société consacre aujourd'hui ses efforts : la localisation géographique. Comme l'écrit Laurent Mauriac dans l'édition de libération.fr du 7 octobre :

Kevin Bankston, avocat pour l'Electronic Frontier Foundation, l'une des associations les plus actives dans la protection des droits des internautes, voit les choses autrement : «En plus de la somme d'informations déjà considérable dont Google dispose sur ses utilisateurs, la firme pourrait voir où ils se trouvent. Non seulement elle saurait ce que vous faites en ligne mais où vous êtes. Elle serait capable de pister tous vos mouvements dans la ville, dès l'instant où vous allumez votre ordinateur portable.» Google, Big Brother sans fil à San Francisco

Le maire de San Francisco dit comprendre ces inquiétudes et assure que les risques pesant sur la protection de la vie privée des internautes sont pour lui une préoccupation. Vendra-t-il son âme au "diable", nous faisant faire un pas de plus vers "1984" ?

Sur le thème Google as BigBrother voir Google-watch.org